Hôpital de Melun : les cliniques sont en redressement judiciaire !

pdf-picto« Les cliniques Saint-Jean et L’Ermitage sont en redressement judiciaire »
L’Etat doit dénoncer le partenariat public-privé (PPP) avec le nouvel hôpital de Melun !
Les cliniques Saint Jean et L’Hermitage sont en état de cessation de paiement. Le Parisien du lundi 8 janvier annonce que leur direction a demandé au tribunal de commerce d’Evry de les mettre en redressement judiciaire en raison d’une perte de 3,7 millions d’euros en 2017. Les 270 salariés n’ont reçu que 80% de leur salaire de décembre.

Le comité de Melun du POID rappelle qu’à l’occasion de la reconstruction de l’hôpital de Melun, un partenariat public-privé (PPP) entre l’hôpital et les cliniques a été mis en place (le « Santépôle ») qui donne le quasi-monopole de la chirurgie au privé. En effet, alors que l’hôpital public n’offrira que 30 lits de chirurgie, les cliniques privées Saint Jean et l’Ermitage, implantées sur le même site, en possèderont 224 ! Elles seront propriétaires de la totalité des 16 blocs opératoires. « Bon prince », elles en loueront 2 au public !

Et c’est l’Etat qui leur permet de construire leurs nouveaux locaux en leur versant une subvention de 10 millions d’euros !

Tout cela pour que le directeur des cliniques annonce des dépassements d’honoraires qui
pourront atteindre jusqu’à 50% du tarif de base.

Or, quand l’Etat a signé avec les cliniques la mise en place de la plateforme public-privé, il savait que celles-ci étaient dans une situation financière difficile. En effet, en 2013, les cliniques accumulaient déjà une perte de 2 millions d’euros, de 560 000 euros en 2014, de 1,557 million en 2015 et de 1,390 million en 2016.

Et aujourd’hui, on apprend que ces mêmes cliniques sont en redressement judiciaire.
Le porte-parole de la direction, cité par Le Parisien, déclare que « la création du Santépôle est même une solution pour le groupement de cliniques ». L’Etat renflouerait donc les cliniques privées avec l’argent du contribuable.

Les personnels des cliniques ne sont en rien responsables de cette situation. Pour le comité de Melun du POID, ils ont droit au versement de l’intégralité de leurs salaires. La totalité des postes doit être maintenue, aucun licenciement ne doit être prononcé.

Le comité de Melun du POID se bat depuis des années :

  • – contre la privatisation, pour un hôpital de plein exercice, 100% public,
  • – pour le maintien de tous les services, tous les lits, tous les postes,
  • – contre la mise en place du Groupement Hospitalier Sud Ile de France,
  • – pour l’abrogation des lois Bachelot et Touraine.

La défense de l’hospitalisation publique et de l’intérêt des patients, en particulier des plus démunis, exige que l’Etat dénonce son accord avec le groupe privé Saint Jean-L’Ermitage et reprenne à son compte les bâtiments (dont les blocs opératoires) et les activités (la chirurgie) qui étaient dévolus au privé. Les personnels des cliniques qui le souhaitent doivent pouvoir intégrer la Fonction publique hospitalière avec maintien de leurs avantages acquis.
Le comité de Melun du POID est prêt pour toute initiative allant dans ce sens.
A Melun, le 11 janvier 2018